scoop Facebook



Accueil > Étape 19

19
20

 PLAN 

Quartier : Gare
Lieux mentionnés : Gare. Fort de Tourneville. Montivilliers. Sainte-Adresse.


Cours de la République et gare, vers 1920, LL Cours de la République et gare, vers 1920, LL

©BM

Gare, hiver 2014 Gare, hiver 2014

©Estelle Coletta

Banc n°19, Cours Lafayette Banc n°19, Cours Lafayette

©SA.

LA GARE DE LA BÊTE HUMAINE
D’ÉMILE ZOLA

TRAIN STATION
IN EMILE ZOLA’S THE BEAST WHITHIN

Émile Zola (1840-1902) a situé en partie dans la gare du Havre l’intrigue du roman La Bête humaine. Le personnage principal, Jacques Lantier, est cheminot dans le train Paris-Le Havre.

Émile Zola (1840-1902) set part of the plot of his novel The Beast Within in the Le Havre train station. The main character is a railway employee working on the Paris-Le Havre train.

« Le lendemain, un dimanche, cinq heures du matin venaient de sonner à tous les clochers du Havre, lorsque Roubaud descendit sous la marquise de la gare pour prendre son service. Il faisait encore nuit noire ; mais le vent, qui soufflait de la mer, avait grandi et poussait les brumes, noyant les coteaux dont les hauteurs s’étendent de Sainte-Adresse au fort de Tourneville ; tandis que, vers l’ouest, au-dessus du large, une éclaircie se montrait, un pan de ciel, où brillaient les dernières étoiles. Sous la marquise, les becs de gaz brûlaient toujours, pâlis par le froid humide de l’heure matinale ; et il y avait là le premier train de Montivilliers, que formaient des hommes d’équipe, aux ordres du sous-chef de nuit. Les portes des salles n’étaient pas ouvertes, les quais s’étendaient déserts, dans ce réveil engourdi de la gare. »

Émile ZOLA, La Bête humaine, 1890. Citation extraite du volume Folio, p. 99.

Écoutez l'extrait

Lecture Jean-Pierre Guiner; prise de son Dan Hérouard

Émile Zola

© RMN / BNF

XVIe-XVIIIe XIXe XXe < 1944 XXe > 1944 XXIe
Genre : Roman



En savoir plus

SNCF 001 SNCF 001

©PhBreard, VduH

SNCF 002 SNCF 002

©PhBreard, VduH

SNCF 003 SNCF 003

©PhBreard, VduH

La façade du débarcadère du Havre en 1847, lithographie, A.-H. Couveley La façade du débarcadère du Havre en 1847, lithographie, A.-H. Couveley

©AMH

Affiche du film <i>La bête humaine</i> ®1938 Studio Canal Affiche du film <i>La bête humaine</i> ®1938 Studio Canal

© Acaciasfilms

<i>Gare Saint-Lazare</i>, Huile sur toile, 1877, Musée d’Orsay <i>Gare Saint-Lazare</i>, Huile sur toile, 1877, Musée d’Orsay

© RMN

Gare et hôtel Printania, vers 1930, carte postale, Le Havre Gare et hôtel Printania, vers 1930, carte postale, Le Havre

©Archives Municipales

Locomotive devant Médan, photographie d’Émile Zola, Musée Émile Zola Locomotive devant Médan, photographie d’Émile Zola, Musée Émile Zola

©Association du Musée Zola

> Les représentations de la gare
     Descriptions of train station

Le trajet Paris-Le Havre a souvent été évoqué en littérature. Le poème de Blaise Cendrars (1887-1961), « Dans le rapide de 9h40 » relate l’arrivée du poète en gare du Havre, d’où il embarquera vers le Brésil.

À la fin de La Nausée de Jean-Paul Sartre (1905-1980), le personnage de Roquentin, alors qu’il va prendre le train pour quitter Bouville, affirme être « entre deux villes », sans plus appartenir à aucune. Le personnage loge dans le quartier de la gare, à l’hôtel Printania où descendait Jean-Paul Sartre. Dans une lettre à Simone de Beauvoir (1908-1986), l’écrivain confirme son goût pour ce quartier.

Dans Les derniers jours de Raymond Queneau (1903-1976), plusieurs scènes ont lieu dans le train qui conduit les personnages d’une ville à l’autre.

Dans La bête humaine (1890) de Zola, il est indirectement question du Havre à travers les mentions de la gare Saint-Lazare à Paris. Pour preuve, le passage où Jacques Lantier poursuit sa première proie notamment, et dans lequel plusieurs noms de rues évoquent Le Havre.

Enfin, d'autres moyens de transport sont aussi évoqués pour réaliser ce trajet Paris-Le Havre. Alexandre Dumas dans Mes Mémoires mentionne la diligence, dans laquelle il passe suffisamment de temps pour rédiger toute une pièce.

Jean RENOIR (1894-1979) a fait entrer la gare du Havre dans l’histoire du cinéma en adaptant La Bête humaine en 1938.

The journey between Paris and Le Havre was often mentioned in literature, because the two cities are so close. In his poem “Dans le rapide de 9h40” (On the 9:40 Express Train), Blaise Cendrars (1887-1961) recalls his arrival at the train station in Le Havre, from where he will take a boat to Brazil.

[Read more]