Les derniers jours

« -Si on allait voir Hublin, proposa Rohel.
- Où ? au Havre ?
- Oui, au Havre. Il y a un train à 7h55. […]
Rohel et Tuquedenne trouvèrent un compartiment vide dans lequel ils s’installèrent avec leurs sandwiches et leur litre de vin blanc. Ils commencèrent par regarder le paysage en émettant divers propos sur les qualités ou imperfections du spectacle. À la tombée de la nuit, passé Mantes, ils dévorèrent les sandwiches et vidèrent la bouteille qui alla se fracasser sur les rails, malgré la défense formelle de la compagnie. Puis, ils bourrèrent leur pipe et se mirent à fumer. »

Raymond QUENEAU, Les derniers jours© Gallimard, 1936. Citation extraite du volume Folio, pp. 256, 258. www.gallimard.fr



Lieux : Étape 19 -
Epoque : XXe > 1944
Genre : Roman
Edition : Gallimard