scoop Facebook



Accueil > Étape 6

6
20

 PLAN 

Quartier : Port et avant-port
Lieux mentionnés : Port.


Photographie du MuMa Photographie du MuMa

©Cécile Gerard, VduH

Le grand hôtel Frascati et le sémaphore, photographie, vers 1930 Le grand hôtel Frascati et le sémaphore, photographie, vers 1930

©Musées historiques du Havre

Banc n°6, boulevard Clemenceau Banc n°6, boulevard Clemenceau

©SA.

LOUIS-FERDINAND CÉLINE
À HÔTEL FRASCATI

LOUIS-FERDINAND CELINE
AND THE FRASCATI HOTEL

L.-F. Céline (1894-1961) a rédigé une partie du roman Mort à crédit dans l’ancien hôtel balnéaire Frascati. Certaines évocations maritimes ressemblent au paysage que devait apercevoir l’écrivain depuis ce lieu.
Dans ce même roman, le personnage d’Auguste, inspiré du père de Céline, est natif du Havre et a la passion des bateaux.

L.-F. Céline (1894-1961) wrote part of his novel Death on Credit in the former seaside Frascati Hotel. Some descriptions of the sea are similar to the landscape that the author probably saw from there.
In the same novel, Auguste, one of the characters inspired by Céline’s father, was born in Le Havre and is passionate about boats.

« On discernait bien les navires, de cet endroit-là, les venues, les rencontres du port… C’était comme un vrai jeu magique… sur l’eau à remuer de tous les reflets… tous les hublots qui passent, qui viennent, qui scintillent encore… […]

Mon père, il se méfiait des jeux de l’imagination. Il se parlait tout seul dans les coins. Il voulait pas se faire entraîner… À l’intérieur ça devait bouillir…
Au Havre, qu’il était né. Il savait tout sur les navires. »

Louis-Ferdinand CÉLINE, Mort à crédit©Gallimard, 1936. Citations extraites du volume Folio, p. 229 et 60.

Écoutez l'extrait

Lecture Jean-Pierre Guiner; prise de son Dan Hérouard © Gallimard

Louis-Ferdinand CÉLINE

© Coll. particulière

XVIe-XVIIIe XIXe XXe < 1944 XXe > 1944 XXIe
Genre : Roman



En savoir plus

L’hôtel Frascati, carte postale 1 L’hôtel Frascati, carte postale 1

©Archives Municipales

L’hôtel Frascati, carte postale 2 L’hôtel Frascati, carte postale 2

©Archives Municipales

> Les représentations de Frascati
     Descriptions of the Frascati hotel

L’hôtel Frascati et sa plage ont été, tout au long du XIXe siècle et pendant la première moitié du XXe, un lieu de villégiature balnéaire luxueux. Ils traversent ainsi plusieurs textes littéraires. Dans L’Écuyère d’Octave MIRBEAU (1848-1917), écrit sous peudonyme, deux amants séjournent à l’hôtel Frascati avant d’embarquer vers l’Amérique. Les deux amis du Crime de Rouletabille de Gaston LEROUX (1868-1927) sont installés à Trouville, mais un crime est commis à Sainte-Adresse et ils empruntent le bateau pour déjeuner à Frascati. C’est sur la plage de l’hôtel qu’accoste le canot du narrateur des premières pages de L’Histoire de Romain d’Étretat d’Alphonse KARR (1808-1890). Armand SALACROU (1899-1989), dans le second volume de ses mémoires, installe son amante dans cet établissement.

Throughout the 19th century and in the first half of the 20th century, the Frascati Hotel and its beach were a luxury seaside resort. They thus appeared in several literary writings.

[Read more]

Enveloppe d’une lettre de Céline à Marie Canavaggia, [avril-1936], de l’hôtel Frascati Enveloppe d’une lettre de Céline à Marie Canavaggia, [avril-1936], de l’hôtel Frascati ©BNF
Le <i>Normandie</i> quittant le Havre en 1935, photographie Le <i>Normandie</i> quittant le Havre en 1935, photographie ©Archives Municipales
Auguste Destouches. Auguste Destouches. © Coll. particulière
Les quatre frères Destouches. De gauche à droite René, Fernand (père de Céline), Georges et Charles. Les quatre frères Destouches. De gauche à droite René, Fernand (père de Céline), Georges et Charles. © Coll. particulière
Portrait, vers 1930. Portrait, vers 1930. © Coll. particulière
Vue depuis le MuMa, 2013 Vue depuis le MuMa, 2013 ©CarolineLONCOL

> Le Havre de L.-F. CÉLINE
     Le Havre in the author's works

Louis-Ferdinand CÉLINE (1894-1961) est lié au Havre par plusieurs attaches. L’auteur a souvent fait référence à son grand-père paternel, Auguste Destouches, qui fut professeur de rhétorique au lycée de la ville dans les années 1830. Dans Guignol’s band (1944), cette figure est proposée comme l’origine de l’attachement de l’écrivain pour la langue française. Le père et les oncles de Céline ont grandi au Havre, ce qui est évoqué dans Mort à crédit (1936) à travers le personnage d’Auguste.

Trouvant Paris trop bruyant, l’écrivain trouvera plusieurs fois refuge au Havre dans les années 1930, pour rédiger Mort à crédit. Il loge alors à l’hôtel Frascati, d’où il écrit à sa secrétaire, avec laquelle il prépare son texte. L’hôtel Frascati était un établissement de luxe, comportant une plage, qui fut détruit pendant les bombardements de 1944.

Céline reviendra au Havre en 1937, pour effectuer un remplacement médical. Il évoque cet épisode dans D’un château l’autre (1957).

Dans Rigodon (1969), alors qu’il est au Danemark, le narrateur se remémore également la ville, parmi les lieux maritimes qui ont marqué sa vie.

Enfin, deux textes prévus pour la scène prennent Le Havre pour décor, dont Voyou Paul. Brave Virginie (1937), une réécriture du Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre. Scandale aux Abysses se déroule aussi dans cette ville (1943).

L.-F. Céline (1894-1961) has several ties to Le Havre. He often mentioned Auguste Destouches, his grandfather on his father’s side, a rhetoric teacher at the Le Havre high school in the 1830s.

[Read more] [Read more]