La bête humaine

« Le lendemain, un dimanche, cinq heures du matin venaient de sonner à tous les clochers du Havre, lorsque Roubaud descendit sous la marquise de la gare pour prendre son service. Il faisait encore nuit noire ; mais le vent, qui soufflait de la mer, avait grandi et poussait les brumes, noyant les coteaux dont les hauteurs s’étendent de Sainte-Adresse au fort de Tourneville ; tandis que, vers l’ouest, au-dessus du large, une éclaircie se montrait, un pan de ciel, où brillaient les dernières étoiles. Sous la marquise, les becs de gaz brûlaient toujours, pâlis par le froid humide de l’heure matinale ; et il y avait là le premier train de Montivilliers, que formaient des hommes d’équipe, aux ordres du sous-chef de nuit. Les portes des salles n’étaient pas ouvertes, les quais s’étendaient déserts, dans ce réveil engourdi de la gare. »

Émile ZOLA, La Bête humaine, 1890. Citation extraite du volume Folio, p. 99.



Lieux : Étape 19 - Gare. Fort de Tourneville. Montivilliers. Sainte-Adresse.
Quartier : Gare
Epoque : XIXe
Genre : Roman
Edition : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64584d

Écoutez l'extrait :

Lecture Jean-Pierre Guiner; prise de son Dan Hérouard