La Force de l’âge

« Nous nous retrouvions d’ordinaire au Havre qui nous paraissait plus gai que Rouen. J’aimais les vieux bassins, leurs quais bordés de boîtes à matelots et d’hôtels borgnes, les maisons étroites coiffées de toits d’ardoises qui leur tombaient jusqu’aux yeux […]
La plus jolie rue du quartier, c’était la rue des Galions dont au soir les enseignes multicolores s’allumaient : le Chat noir, la Lanterne rouge, le Moulin rose, l’Étoile violette ; tous les Havrais la connaissaient : entre les bordels gardés par de robustes maquerelles s’ouvrait le restaurant réputé de La Grosse Tonne ; nous allions de temps en temps y manger la sole normande et le soufflé au Calvados […]
Le Havre était un grand port ; des gens venus d’un peu partout s’y mélangeaient ; on y brassait de grosses affaires selon les méthodes modernes ; on y vivait au présent, au lieu de s’incruster dans les ombres du passé. »

Simone de BEAUVOIR, La Force de l’âge©Gallimard, 1960, p. 209. www.gallimard.fr



Lieux : Étape 8 - Port. Bassins. Quais. Rue des Galions. Restaurant la Grosse Tonne.
Quartier : Centre reconstruit
Epoque : XXe < 1944
Genre : Écrits personnels
Edition : Gallimard

Écoutez l'extrait :

Lecture Mary Berkelmans; prise de son Dan Hérouard © Gallimard


  < Retour