scoop Facebook



Accueil > Sur le Jadis

Sur le Jadis

« Le Havre »

« La fenêtre donnait sur le port du Havre. C’étaient des ruines, des abeilles, des quais, des rats. C’étaient aussi des sirènes. J’avais six ans. Je lisais les contes et les légendes et mes pieds reposaient sur un petit établi de bois jaune devant la fenêtre qui donnait sur la mer ou plutôt sur la bourrasque grise perpétuelle.
C’était ce que dans mon enfance, je m’en souviens encore, on appelait la mer.
Je lisais la légende de Polyxène et du tyran de Syracuse. Je m’abritais de la pluie, du vent, de la détresse dans des figures du conte. J’ignorais qu’elles eussent fourni à Rome le sujet d’une déclamation de Latron le Rhéteur. Je ne sais pas pourquoi j’éprouve tant de plaisir à retranscrire ces histoires. Pourquoi j’éprouve tant de joie à dégager de la poussière ces cendres – et à les reverser aux millénaires dont je les ai extraites. »

Pascal QUIGNARD, Sur le Jadis, Dernier Royaume II ©Grasset 2002. Citation extraite du volume Folio, p. 23.